Rediffusion à venir sur TFO

Surveillez la grille horaire.

Place publique

En savoir plus

Retour

Pauvreté et santé mentale

Environ 20 % des Canadiens seront personnellement atteints d’une maladie mentale au cours de leur vie, les cas les plus fréquents étant l’anxiété et la dépression. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), en 2020, la dépression sera la 2e cause de maladie et d’incapacité, tout de suite après les maladies cardiovasculaires.


PERSONNE À RISQUE

Les personnes à faible revenu, les mères monoparentales, les enfants et adolescents qui ont vécu des traumatismes dans l’enfance, les chômeurs, les petits travailleurs, les personnes âgées ou en perte d’autonomie sont plus à risque de souffrir de problèmes de santé mentale à un moment ou un autre de leur vie. Il y a donc un lien direct à faire entre pauvreté et santé mentale.

Ces personnes sont souvent soumises à un stress plus élevé et sur une plus longue période que la majorité des gens. Essayer de boucler la fin du mois, tenter de manger à sa faim, subir les préjugés sociaux, habiter dans un appartement trop petit ou insalubre, ne pas pouvoir s’adonner aux loisirs que l’on désire, se priver constamment... au quotidien, ça use! Des études épidémiologiques ont prouvé que la pauvreté est un facteur qui influence grandement la santé mentale.


CERCLE VICIEUX DE LA PAUVRETÉ ET DES TROUBLES MENTAUX

 

 

Pour en savoir plus :
Institut national de santé publique du Québec (INSPQ)
Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec – Comité de la santé mentale

Retour