Rediffusion à venir sur TFO

Surveillez la grille horaire.

Place publique

En savoir plus

Retour

Logement social : le désistement du gouvernement fédéral

Depuis 1980, le gouvernement fédéral s’est graduellement désisté du domaine du logement au Canada. En avril 1993, le gouvernement conservateur annonçait qu’il se retirerait définitivement du financement de nouveaux logements sociaux dès 1994. Tant bien que mal, les gouvernements provinciaux ont pris la relève afin que leurs contribuables les plus vulnérables puissent bénéficier d’un meilleur accès à des logements décents et abordables.

Besoins difficiles à combler
Au cours des années 2000, différentes annonces faites par les gouvernements fédéraux subséquents n’ont pas réussi à combler les besoins des familles à faible revenu en matière de logement social. Par exemple, en 2002, 1 500 appartements sociaux ont été construits, alors que ce nombre était de 22 000 en 1988. Encore aujourd’hui, partout au pays, le parc de logements sociaux continue d’accuser un déficit. Selon le Conseil canadien de développement social, il aurait fallu en créer 25 000 par année pour répondre à la demande. Selon les données du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), depuis l’abandon en janvier 1994 par le gouvernement fédéral de tout financement de nouveaux logements sociaux au Canada, le Québec a été privé de 52 000 logements sociaux.

Aujourd’hui, 5,5 % de l’ensemble des logements au Canada sont des logements sociaux. C’est bien peu, si on compare ce pourcentage à celui du champion de la catégorie, les Pays-Bas, dont le parc de logements est constitué à 34 % de logements sociaux.

Dégradation des logements sociaux
Par ailleurs, compte tenu du manque de financement des 15 dernières années, l’état des logements sociaux s’est dégradé au fil des ans. En décembre 2007, le gouvernement du Québec annonçait l’octroi de 1,2 milliard de dollars sur cinq ans pour la modernisation du parc de logements sociaux du Québec. Cette nouvelle a été accueillie avec soulagement par le milieu communautaire, la construction de la plupart des appartements sociaux datant d’entre 1970 et 1993.

Pour financer cette initiative, le gouvernement du Québec comptait sur la contribution du gouvernement fédéral, dont le Plan économique du Canada a permis au Québec de recevoir en deux ans 155,5 millions de dollars additionnels afin de rénover ses logements sociaux. Ce plan fédéral se terminant en 2011 et Ottawa n’ayant pas l’intention de maintenir le même niveau d’investissement qu’en 2009 et 2010, le gouvernement québécois a dû depuis annoncer une réduction des sommes octroyées pour la rénovation des HLM. Comme on peut s’y attendre, le FRAPRU déplore cette situation, qui compromet le plan établi par la Société d’habitation du Québec pour la modernisation des logements sociaux.

Retour